Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider
Sa vie son oeuvre

Légende et régence

Sa vie

Chapitre 9

Légende et régence

muse

Apothéose du roi Louis,
par Ferdinand Leeke, 1890 


On élimina donc Louis II pour des raisons politiques : on ne pouvait pas mettre en péril la nouvelle régence en risquant une évasion du roi. Très aimé et respecté, tôt ou tard les choses auraient mal tourné et les traîtres auraient pu craindre une sentence exemplaire pour l’accusation de coup d’état. Tout fut donc pour le mieux et la disparition du roi arrangea tout le monde.

On célébra ses obsèques en grande pompe le 19 juin 1886, en ayant au préalable empêché la reine-mère de venir se recueillir à Berg, puis à Munich, auprès de son fils. On fit une autopsie qui ne révéla rien des causes de la mort, mais qui s’efforça de justifier la démence à tout prix, en pesant le cerveau du roi et en remarquant, entre autres, un poids inférieur à la normale.

La régence de Luitpold construisit donc sa légitimité sur la légende maintenant en vogue du « roi-fou ». Si Luitpold n’avait vraiment pas été intéressé par le pouvoir comme il l’a si souvent dit, pourquoi ne pas avoir transmis la couronne à son fils Ludwig, puisque Otto, le frère du roi, ne régnait qu’en principe à cause de sa folie ? Au lieu de cela, il prit la régence, ne conférant le titre de roi à son fils qu’à sa mort en 1912.
Ludwig devint le roi Louis III et fut témoin six ans plus tard de la fin du royaume de Bavière.

© Copyright 2015 Elisabeth Fontaine-Bachelier

1 751 réponses à Légende et régence