Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider
Sa vie son oeuvre

Annexes/Appendices

signatureludwig
Paraphe manuscrit du roi Louis II. Ludwig en allemand.


Tableau récapitulatif de l’histoire des journaux intimes du roi. ( cf. Sa vie, une existence solitaire)


D’après les recherches de Franz Merta. (voir 
bibliographie)

1886 Mort du roi Louis le 13 juin. Les volumes 8 et 9 des journaux sont entre les mains du laquais Mayr. Ils sont donnés à la commission ministérielle le 15 juin. La première entrée du journal 9 est datée du 19 janvier. Mise en question de ces deux derniers volumes le 17 et 18 juin à la Chambre. Les volumes 8 et 9 sont apportés le 21 juin à la 38ème session de la Chambre avec d’autres documents que le roi voulait détruire. Ils ne sont pas utilisés à ce moment là, ni le 26 devant les députés. Luitpold demande que l’on détruise ces deux journaux, mais le ministère Lutz y avait renoncé car leur utilisation ultérieure pourrait servir à justifier au besoin la Régence. Silence sur ces deux volumes jusqu’en 1889.
1889 Le 22 février, le ministre Crailsheim demande par écrit à Lutz des éléments probants afin de justifier la Régence. Réponse écrite de Lutz le 23 où il est question du volume 9 des journaux. En mars, sur ordre de la Régence, le volume 9 est placé aux archives. Il n’est pas fait mention du volume 8. En fait, celui-ci est toujours conservé chez Lutz.
1890 Après la mort de Lutz, son fils retrouve le volume 8 parmi d’autres papiers.
1898 Sur décision du ministère, ces deux journaux (volume 9 aux archives, et volume 8 chez Lutz) sont conservés à partir de cette année-là sous scellés aux archives secrètes jusqu’en 1918 avec les sept premiers journaux.
1918 Les neuf volumes sont confiés au directeur général des archives.
1923 Avant cette date, le prince Rupprecht avait ordonné la destruction des pages écrites du dernier journal (volume 9) et transmis le volume vide ensuite.
1925 Publication par Edir Grein (pseudonyme d’Erwin Riedinger beau-fils de Lutz) des « notes de journaux intimes »du roi falsifiées , couvrant 38 pages hors contexte des volumes 8 et 9 sur plus de 400 écrites par Louis.
1936 Depuis 1923 jusqu’à cette date, tous les autres journaux ( 1 à 7 et 8) restèrent sous la vigilance du directeur général Riedner qui les rendit cette année-là aux archives. Conservation à partir de 1936 du volume 8 dans un tiroir du bureau du directeur en fonction.
1944 Destruction cette année-là du volume 8 par un bombardement le 25 avril. Aujourd’hui, les volumes 1 à 7 sont toujours conservés aux archives secrètes.

Appel du roi Louis II de Bavière à son peuple

Moi, Louis II roi de Bavière Me vois contraint d’adresser à mon cher peuple bavarois et à toute la nation allemande L’Appel qui suit :

Le prince Luitpold projette contre ma volonté de s’élever à la régence de mon pays. Mon gouvernement actuel a trompé mon cher peuple en répandant des renseignements mensongers sur mon état de santé et prépare des actes de haute trahison.
Je me sens aussi sain de corps et d’esprit que tout autre monarque mais le projet de la haute trahison me surprend à un tel point qu’il ne me restera plus le temps nécessaire pour agir à l’encontre des crimes projetés par le ministère.
Si les actes de violence projetés aboutissent et si le prince Luitpold réussit à s’emparer contre ma volonté du pouvoir, je charge mes amis fidèles de défendre mes droits par tous les moyens et en toutes circonstances.

J’attends de tous les fonctionnaires bavarois fidèles et en particulier des officiers bavarois attachés à la valeur de l’honneur ainsi que de chaque soldat loyal qu’en souvenir de leur serment sacré par lequel ils m’ont juré fidélité ils me restent également fidèles dans ces heures pénibles, et qu’ils me soutiennent à présent dans ma lutte contre les traîtres au sein de ma propre famille.
Je demande à chaque bavarois fidèle à son roi de combattre le prince Luitpold et le gouvernement actuel comme des coupables de haute trahison.
Je me sens uni à mon cher peuple et je suis fermement convaincu qu’il me protégera contre le projet de haute trahison.
Je m’adresse également à toute la nation allemande et aux princes fédérés. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour contribuer à la constitution de l’Empire allemand et je suis maintenant en droit d’exiger de la nation allemande qu’elle déjoue la suppression d’un prince allemand par la haute trahison.
S’il ne me reste plus le temps nécessaire de demander directement de l’aide à l’Empereur, je compte sur la justice pour que l’on ne m’empêche pas de livrer les coupables aux tribunaux de mon pays.
Mes braves et fidèles bavarois ne m’abandonneront certainement pas. Si on devait m’empêcher par la force de défendre moi-même mes droits, cet appel est pour tous les bavarois fidèles une incitation à se rassembler autour de mes loyaux partisans pour contribuer à déjouer le projet de trahison engagé contre le roi et la patrie.

Donné à Hohenschwangau, le 9 juin 1886

Louis II Roi de Bavière, prince palatin du Rhin.

aufruf

Ce texte peut être considéré comme le dernier acte politique officiel de Louis qui rédigea cet appel avec l’aide du comte Dürckheim. Il fut produit le 10 juin 1886, mais antidaté d’un jour pour devancer publiquement la proclamation du prince Luitpold instaurant la Régence. Ce texte fut distribué, mais saisi presque tout de suite, en raison de la mainmise du gouvernement sur tous les organes de communication du royaume.


Notes du pêcheur Lidl, originaux et transcription 

doclidl2 doclidl3

12 Ex[zel]lenz mitteilte Habe Einladung 3-4 Hrn
13  »  » teilte mir mit ich muss sagen Excellence m’a dit que je dois dire
14 das d. M[ajestät] nicht zu Hause war Que Sa Majesté est absente
15 wen[n] nicht werde ich sofort zu Sinon je serai immédiatement
16 den Pioniren eingezogen Mobilisé chez les pionniers…
17 den ganzen Inhalt des Briefes erkl. Tout le contenu de la lettre
18 mir Flügelatiutand Walekurt [Varicourt] Me fut expliqué par l’adjudant Varicourt
19 Es war 84 7 Tage und Nächte C’était en 84 7 jours et nuits
20 der kleine Dampfer Tristian unter Le petit bateau à vapeur Tristan sous
21 Dampf Fahnensignal Le signal du drapeau
22 1886. 14 Tg vorm Todes des Königs erklärte 1886. Quatorze jours avant la mort du roi
23 mir der Leibarzt D vom Schleiss denke Le docteur de Schleiss, médecin personnel, m’a déclaré
24 dir Jakob es wolenz [wollen sie] unsern König Imagine, Jakob, cette bande veut maintenant 
25 noch Närisch erklären die Bande Déclarer notre roi fou
26 es velt [fehlt] ihm doch gar nichts Alors qu’il n’a rien du tout
27 13. Juni gegen 10 1/2 Uhr wurde ich geweckt Je fus réveillé le 13 juin vers 22 h 30
28 ich gl[aubte] zuerst Flucht zu helfen. Je croyais d’abord aider à la fuite
29 Die Uhren des Königs sechs M. vor 7 Uhr La montre du roi s’est arrêtée à 18 h 54
30 Gudden zehn M. n. 8 ,, Celle de Gudden à 20 h 10
31 Die Uhr des Königs war bereits in La montre du roi avait déjà
32 die Taschen eines Herrn verschwunden Disparu dans les poches d’un monsieur
33 Das Schicksaldrama ist für mich Les pas du roi et de Gudden étaient pour moi
34 wie die Fussspuren in der Früh Comme prouvés par les traces qui furent
35 5 Uhr mit D Heiss aus Starnberg Examinées à 5 heures du matin également
36 untersuchte, nur Schritte auf Par le Dr. Heiss de Starnberg
37 1 1/2 Meter zusamen. Seulement rapprochées de 1, 50 mètres
38 Allso kein Ringen entweder wurde Donc pas de lutte soit
39 König d. Klorivorm o. anders betäubt. Le roi fut chloroformé ou anesthésié par un autre moyen
40 o. Herzschlag, das man aber den Soit il a succombé à une crise cardiaque
41 König alls Mörder des Gudden Mais prétendre que le roi a assassiné Gudden 
42 bezeichnet ist völlig unwahr. Est un pur mensonge
43 Washington war der der sämtliche Washington est celui
44 Telegr verfälschte Qui a falsifié tous les télégrammes
45 Später wurde mir gesagt ein Plus tard on m’a dit
46 Fischer von Possenhofen später Hoffischer Qu’un pêcheur de Possenhofen attaché à la cour
47 in Amerland musste die Schritte A Ammerland fut obligé
48 näher zusammen machen dazu De rapprocher les pas
49 bediende er sich einer Strange mit Avec un bâton sur lequel avait été cloué un sabot
50 angenagelten Holzpantoffel
51 König war Preissenfeindl. Le roi détestait la Prusse
52 wir Fischer dürften keine Il nous était interdit à nous, les pêcheurs,
53 deutsche Fahne haben Bayerische D’avoir des drapeaux allemands
54 Rautenfahne wurde jedem Fischer Mais des drapeaux bavarois à losanges
55 frei geliefert. Furent distribués à tout le monde
56 Heute besuchen mich noch Gebirgler Encore aujourd’hui des montagnards viennent me voir
57 und behaupten ich habe 2 Wachs- Et prétendent que j’ai ramené
58 pupen nach Hause gefahren Deux poupées en cire
59 Telegrafist Mathaus sagte mir Le télégraphiste Mathaus m’a également dit
60 auch die räumen den König auf Ils éliminent le roi
61 die Seite vorläufig wird er Närisch Pour le moment il est déclaré fou 

Ces notes, authentifiées par une analyse graphologique, ont été écrites par Jakob Lidl le pêcheur chargé d’emmener le roi loin des rives du parc de Berg, le soir du 13 juin. Ces notes prouvent la présence de Lidl à l’instant fatal. Témoin, il confirme qu’aucune altercation n’a eu lieu entre Louis et Gudden. Ces deux pages ont été transmises par le beau-frère de Lidl, Martin Mertl, au chercheur Albert Widemann. Sans doute destinées à être rédigées par la suite, elles constituent une sorte de brouillon de journal de bord, promises probablement à un usage plus large que le domaine strictement privé. C’est pourquoi Lidl craint sans doute d’être trop explicite. Néanmoins, une explication de texte attentive démontre que ses allégations se basent sur une observation directe des faits et ne laisse donc que la possibilité du meurtre à l’encontre de Louis II de Bavière.

© Copyright 2015 Elisabeth Fontaine-Bachelier